sábado, 12 de janeiro de 2013

reportage vidéo
Classiquenews - FRANCE
OSB Opera & Repertorio 
Marcos Portugal :  L'Oro non compra amore



Bruno Procopio, direction 
Opéra de Rio (Theatro Municipal, le 10 décembre 2012)

recréation de L'Oro non compra amore de Marcos Portugal (1804)
à l'Opéra de Rio par le chef Bruno Procopio
 
Pour les 250 ans de sa naissance, l'Orchestre Symphonique du Brésil (Orquesta Sinfonica Brasileira) célèbre le génie du compositeur portugais, Marcos Portugal (1762-1830). Le jeune chef français d'origine brésilienne Bruno Procopio dirige les musiciens dans une partition créée d'abord à Lisbonne en 1804 puis reprise en 1811 à Rio : L'oro non compra amore.

L'Opéra de Rio accueille cette recréation majeure qui conclut la saison musicale de l'Orchestre Symphonique du Brésil. Présentée en version de concert le 10 décembre 2012,  l'ouvrage jalonne un champ d'expérimentation qui permet aux instrumentistes d'élargir leur répertoire tout en ressuscitant des œuvres méconnues.

Musicien officiel de la Cour, Marcos Portugal ne fait pas qu'introduire l'éclat et la vitalité de l'opéra italien dans le Nouveau Monde : il sait synthétiser le meilleur du genre comique à son époque, préfigurant en grande partie ce que Rossini puis Donizetti réaliseront après lui.

Spécialiste de la rhétorique baroque, Bruno Procopio propose aux musiciens de l'Orchestre, une expérience nouvelle: jouer une œuvre oubliée, pourtant liée à l'histoire de l'Opéra à Rio, en veillant particulièrement au jeu et au style spécifique à un ouvrage romantique du début du XIXème siècle. 
Lire notre compte rendu de la recréation de L'Oro non compra amore de Marcos Portugal à l'Opéra de Rio par l'Orquesta sinfonica Brasileira et Bruno Procopio (direction), le 10 décembre 2012
 
agenda
 
Le 10 décembre 2013, Bruno Procopio dirige à l'Opéra de Rio, l'Orchestre symphonique du Brésil, dans la recréation de l'opéra de Marcos Portugal, L'Oro non compra amore de 1804: la vitalité et le raffinement de la partition ainsi dévoilée place Portugal comme le prédécesseur direct de... Rossini. 
 
cd
 
En 2013, Bruno Procopio fait paraître chez Paraty, son nouvel album "Outremers" composé de la Missa Grande de Marcos Portugal, partition sacrée qui fut la plus jouée au Brésil au début du XIXème siècle, et de Quetzal , pièce chorale, de la compositrice contemporaine Caroline Marçot. Parution en février 2013.
 
Puis en mars 2013, Bruno Procopio publie également chez Paraty, Pièces de clavecin en concerts, sommet instrumental de Jean-Philippe Rameau dans le genre de la musique de chambre. Après l'élégantissime Couperin, Rameau renouvelle la conversation musicale entre instruments et écrit plusieurs pièces virtuoses et poétiques où le clavecin est plus qu'accompagnateur, l'instrument partage avec ses autres partenaires (flûte, viole de gambe, violon) la partie de soliste. Les Pièces de clavecin en concert constituent le sommet de la musique concertante française au XVIIIème siècle. Une nouvelle réalisation qui place Bruno Procopio comme l'un des interprètes de Rameau les plus doués de sa génération et les plus engagés également car le disque préfigure l'année Rameau 2014 (250ème anniversaire de la mort).
 
approfondir